Faire du neuf avec du vieux. Ou comment la branche met toujours en œuvre de nouvelles technologies

Lors de transformations ou de rénovations, la technique intelligente du bâtiment est de plus en plus souvent installée, au grand plaisir de tous. Les habitants et employés se réjouissent en effet de ce surcroît significatif de confort. Quant aux maîtres de l’ouvrage, ils profitent de coûts énergétiques nettement réduits, en particulier dans le domaine industriel et commercial.

La petite différence d’importance

La domotique dans le domaine commercial est plus complexe que dans la sphère privée car il faut tenir compte d’un grand nombre de prescriptions: sécurité, feu, éclairage de secours sont les mots clé pour ça. Même l’éclairage des places de travail doit répondre à une certaine norme. Un minimum de 500 lux est requis, voire même de 750 lux pour un travail particulièrement minutieux, comme par exemple pour un horloger.

Il est donc d’autant plus important de coordonner entre eux les différents composants comme la ventilation, le chauffage, les dispositifs d’ombrage, l’éclairage et le système audio. Les éléments externes livrés – par exemple par une entreprise générale – peuvent être aisément intégrés. La domotique permet de mettre en place une interface centrale d’où sont commandés tous les processus.

Le savoir est une condition

Chaque installateur-électricien se forme continuellement, car c’est la seule manière de s’adapter au développement technologique rapide. Voilà longtemps qu’il n’est plus possible de se borner à savoir quand une nouvelle technologie arrive sur le marché et comment l’installer. Il faut la comprendre de l’intérieur. Et cela signifie de la formation, de la formation et encore de la formation. Car les temps sont révolus où une lampe isolée était placée à côté du fauteuil avec pour seule mission de s’allumer. Aujourd’hui chaque partie est intégrée à un ensemble – dans le cas de la transformation de l‘hôtel de Rougemont, il s’agissait de KNX. Ce standard offre des possibilités de confort et des économies d’énergie remarquables.

De plus, un nouveau développement se dessine dans la branche : la frontière entre ce que proposent les entreprises d’électricité et ce qu’elles ne proposent pas devient de plus en plus fluide. Dans le cas de la rénovation de l’hôtel de Rougemont, ceci signifie qu’en plus de l’installation du standard KNX comme base de la domotique, ont également été livrés 4 racks, reliés à la fibre optique et la totalité de l’installation de télécommunication a été programmée.

Idée comme défi

Outre le prix, la tendance est aussi aux nouvelles idées. Dans l’exemple de Rougemont, cela s’est traduit par les questions suivantes: Comment installer le nouveau tubage lorsque le sous-plafond est trop bas? Comment compenser les gaines de câbles manquantes ? Que faire avec le plafond trop bas ? Suis-je en mesure de coordonner le travail des différents spécialistes - ventilation, chauffage, électricité – de manière à ce qu’ils se complètent et n’interfèrent pas entre eux? Quelles idées supplémentaires puis-je amener dans la configuration de KNX ? Autant de questions qui représentent un défi en termes d’installation électrique quand on cherche à y répondre de manière globale. Ce qui nous amène à une toute dernière question :

... que réserve l’avenir?

Les défis sont bien présents. D’un point de vue électrotechnique, la branche sera de plus en plus concernée par le développement continu des LED et l’introduction des OLED. Des recherches intensives sont aussi menées pour obtenir un stockage d’énergie meilleur marché et surtout plus efficace, ainsi qu’un meilleur rendement des modules solaires.

Cela offre donc des perspectives souriantes à tous ceux qui pensent que chaque maison peut couvrir elle-même sa propre consommation d’énergie. Car cela représente le grand défi de l’avenir!

Fermer l’article
17 octobre 2016
Cet article pourrait aussi vous intéresser