Sécurité sous tension

A notre époque, l’électricité appartient tellement à notre quotidien qu’on en sous-estime les dangers. A tort : l'électricité est la cause la plus fréquente d'incendies domestiques en Suisse. Généralement, des installations non professionnelles ou défectueuses en sont la cause. Mais moyennant quelques règles simples et le conseil d’un électricien, il est possible de réduire le risque au minimum.

Dans le doute, contacter un électricien

Les fusibles servent à éviter une surcharge du réseau électrique. En cas de défaillance d'un fusible, il ne suffit pas de le remplacer et le remettre sous tension - il faut trouver la cause et remédier au défaut. Si une ligne subit en permanence une légère surcharge, il peut arriver qu’au lieu de se déclencher, le fusible chauffe le fil à l’intérieur du câble. Dans un cas extrême, cela peut faire fondre le matériau isolant et causer un feu couvant. Aucune flamme n'étant visible, le sinistre peut se propager à l’insu de tout le monde; et au moment où il entre en contact avec une grande quantité d'oxygène, c’est rapidement l’incendie. Outre des installations électriques inadéquates ou défectueuses, les appareils ayant un faux contact peuvent également entraîner une surcharge des lignes. Pour cette raison, il faut cesser de les utiliser et les donner à vérifier à un professionnel. 

Le disjoncteur sauve la vie

Une autre source de danger dans la maison provient du courant résiduel, lequel se répand dans des endroits inattendus à cause de câbles mal isolés, d’installations électriques installées de manière non professionnelle ou de dommages. Et lorsque l'humidité s’y ajoute, le courant échappe à tout contrôle et peut entraîner un incendie par suite de surchauffe. Dans pareils cas, les disjoncteurs FI apportent une aide salvatrice: ils interrompent le passage de l’électricité dans le circuit et les appareils défectueux, ce qui réduit considérablement le risque d’électrocution et d'incendie. En Suisse, ces disjoncteurs sont obligatoires dans toute nouvelle construction. Cependant, l'installation de tels interrupteurs est également fortement recommandée dans les maisons existantes. On peut intégrer les disjoncteurs FI au système lui-même ou les installer dans une prise; ils existent également sous forme de prise mobile. Les installer ultérieurement est généralement aisé et peu coûteux.

Donner l’alarme en cas d’émanations de fumée

Si en dépit de toutes les précautions de sécurité, un incendie éclate, il y a danger pour la vie, en particulier la nuit: les habitants endormis ne remarquent pas nécessairement l'odeur du feu et s’intoxiquent en respirant la fumée. Pour éviter cela, il importe d’équiper son logement d’un détecteur de fumée, lequel donne l'alarme. Ces petits appareils se vissent simplement au plafond. L'installation d'un détecteur de fumée est particulièrement recommandée dans la chambre à coucher, dans la cuisine et dans l'entrée. Détectant aussi les feux couvants, ils déclenchent des signaux avertisseurs acoustiques et optiques.

Contrôle régulier obligatoire

Il convient de vérifier à intervalles réguliers le bon fonctionnement des disjoncteurs FI et détecteurs de fumée. Chaque disjoncteur dispose à cet effet d'un bouton test situé directement à côté de l'interrupteur, dans le boîtier à fusibles. En appuyant sur cette touche, le système génère un courant résiduel; on peut alors vérifier que le commutateur réagit correctement. Il convient d’effectuer ce contrôle deux fois par année, par exemple lors du passage à l'heure d'été/hiver, ce qui évite d’oublier ce moment important. 

Les détecteurs de fumée doivent également être vérifiés une fois par année. Pour la plupart des modèles, une simple pression sur le bouton test suffit. Si la sirène ne se déclenche pas, il faut remplacer l'appareil ou le réparer. En outre, un contrôle visuel s’impose : il permet de vérifier que l'appareil n’est pas endommagé à l'extérieur et que toutes les entrées de fumée sont dégagées. A l’image de tant de choses dans la vie : la confiance, c'est bien, le contrôle, c'est mieux. Car les meilleures mesures de protection sont inutiles si elles sont défaillantes en cas d'urgence.

Fermer l’article
06 mai 2019
Cet article pourrait aussi vous intéresser