Électromobilité: plein gaz vers le futur!

La mobilité électrique est en train de s’imposer dans le grand public: jusqu’en juin 2019, il s’est vendu en Suisse et au Liechtenstein presque davantage de voitures électriques que durant toute l’année précédente; selon l’association Swiss eMobility, cela représente une augmentation de 147 %. Cela porte à plus de 10 % la part de voitures partiellement ou entièrement électriques en circulation sur les routes suisses. Et la tendance se poursuit: selon un sondage du «baromètre des consommateurs d’énergies renouvelables», 42 % des personnes interrogées opteraient pour une voiture électrique à l’achat de leur prochaine voiture.

Calculer à long terme est rentable

L’idée de propulser les voitures au moyen de l’électricité rencontre donc l’assentiment d’une large partie de la population. Néanmoins, en raison des coûts, un grand nombre de personnes redoutent d’échanger leur moteur thermique contre un moteur électrique. Mais qui se limite au seul prix d’achat réfléchit à trop court terme, d’autant que les coûts de recharge sont moins élevés que le coût des carburants fossiles, ce qui s’avère très rentable avec les années pour les personnes roulant un nombre élevé de kilomètres. De plus, il vaut la peine de jeter un coup d’oeil sur les mesures d’encouragement des cantons: le canton de St-Gall, par exemple, subventionne l’achat d’une voiture électrique à hauteur de 5000 francs. Et les avantages existent aussi en matière de taxe routière, laquelle est abaissée dans 15 cantons pour les voitures électriques. A Zurich, elles en sont même exemptées. D’autre part, les assurances offrent également des conditions avantageuses pour les voitures électriques – il vaut la peine de poser la question.

Paré pour le développement futur

Il va de soi que le véhicule le plus innovant ne sert à rien en l’absence d’un réseau correspondant de stations de recharge. A cet égard, la Suisse est bien équipée. Elle dispose aujourd’hui déjà de l’un des réseaux de recharge parmi les plus denses pour l’électromobilité. En comparaison: la valeur indicative de l’UE pour un nombre acceptable de bornes de recharge s’établit à une borne de recharge pour 10 voitures électriques – en Suisse actuellement, on trouve une borne de recharge pour 3,5 voitures. Et le réseau continue de s’étendre, ce qui ne surprend pas: la Confédération prend des mesures à tous les niveaux pour encourager la mobilité électrique, à témoin la «Feuille de route pour la mobilité électrique»: à l’invitation du Conseil fédéral, des représentants des branches automobile, électrique, immobilière ainsi que des représentants de la Confédération, des cantons, des villes et des communes ont signé une initiative commune. L’objectif est d’augmenter à 15 % la part de voitures à propulsion électrique d’ici 2022. Les mesures dans ce but englobent notamment la mise sur pied d’infrastructures de recharge dans les bâtiments, la formation ciblée de personnel qualifié et le développement rapide du marché des véhicules. En outre, un réseau national de bornes de recharge rapide devrait voir le jour, principalement sur les aires de repos d’autoroute et les autres lieux publics. Des solutions innovantes sont actuellement à l’oeuvre: à Bâle, de premiers projets sont en cours afin d’équiper les places de parc en zone bleue de stations de recharge – intégrées par exemple dans les réverbères.

Impact sur la construction de maisons

Les stations de recharge publiques représentent certainement un besoin central – mais en définitive, il est surtout important que la voiture soit rechargée à la maison ou sur le lieu de travail. Outre l’extension du réseau public, il est question d’équiper de bornes de recharge des sites jusqu’ici partiellement aménagés tels que des immeubles et des locaux d’entreprise. Maîtres d’ouvrage et propriétaires ont des obligations à cet égard. Des lignes directrices ont déjà été édictées dans l’UE: à l’avenir, toutes les places de parc dans les nouvelles constructions ou les bâtiments entièrement assainis devront être équipées de tubes vides afin de rendre aisément possible l’installation ultérieure de bornes de recharge. En Suisse, l’introduction de telles prescriptions n’est qu’une question de temps. Des exigences similaires se trouvent déjà dans la «Feuille de route pour la mobilité électrique». Afin donc de vous éviter après coup de laborieux travaux de mise à niveau technique, veillez à mettre en place aujourd’hui déjà l’infrastructure nécessaire à de futures bornes de recharge au moment d’une nouvelle construction ou d’une rénovation.

Photovoltaïque et électromobilité: une combinaison idéale

Mobilité électrique sur la route et production durable d’électricité à la maison – existe-t-il meilleure combinaison? De la sorte, il est possible de relier l’installation photovoltaïque sur le toit à la station de recharge domestique et produire ainsi soi-même une partie du courant électrique nécessaire pour la voiture. Au moyen d’un système de gestion de la charge, lequel commande activement la consommation d’électricité, le cycle de recharge est même ajusté à d’autres «utilisateurs» tels que la pompe à chaleur, la chaudière ou le lave-linge. Grâce à des données météorologiques, elle peut même s’orienter en fonction du soleil et adapter son fonctionnement de manière anticipée d’après les prévisions correspondantes. Mais attention: l’installation d’une station de recharge et sa connexion à une installation photovoltaïque devraient être effectuées uniquement par un installateur-électricien qualifié, car il s’agit de tenir compte de différentes normes et exigences. Dans les bâtiments anciens, il importe de vérifier l’installation électrique afin de garantir une recharge sûre et efficiente. Pour une nouvelle construction ou une rénovation, adressez-vous donc à l’électricien proche de chez vous – il vous conseillera volontiers. 

Vous trouverez davantage d’informations sur la «Feuille de route pour la mobilité électrique» à l’adresse www.roadmap2022.ch

Fermer l’article
02 décembre 2019
Cet article pourrait aussi vous intéresser