SonnenparkPLUS: un bâtiment de nouvelle génération

Une maison qui s’intègre esthétiquement dans le paysage et préserve le plus possible l’environnement: tel était l’objectif de la firme Arento AG pour le projet SonnenparkPLUS. Est sortie de terre une réalisation unique, laquelle pose de nouveaux jalons en matière d’efficience énergétique, de durabilité et de confort. Et sans dépenses excessives pour les habitants. En effet, les loyers sont supérieurs de seulement 7% aux prix usuels dans le quartier.

Un concept convaincant

Cet immeuble a pu être réalisé sous sa forme actuelle grâce à la communauté d’héritiers, propriétaire du terrain à bâtir. Viser la durabilité était pour les héritiers plus important que de maximiser le profit. Ils n’ont donc pas cédé le terrain au plus offrant mais à l’initiateur d’un projet immobilier durable et sensé. L’immeuble de 10 appartements sur 5 étages couvre en grande partie de façon autonome ses besoins en énergie grâce à des modules photovoltaïques sur le toit et la façade. Le courant électrique ainsi produit suffit pour la consommation des ménages, ainsi que pour le chauffage et l’eau chaude; même l’électricité nécessaire à la voiture électrique utilisée en commun par tous les habitants provient de l’installation solaire.   

Photovoltaïque, au cœur du bâtiment

L’objectif était d’atteindre une indépendance maximum par rapport au fournisseur d’électricité externe. Comme cela était difficilement réalisable uniquement avec une installation solaire traditionnelle sur le toit, on a également disposé sur les balcons et les façades des panneaux en verre, resp. des modules transparents, fabriquant du courant électrique. Intégrer les modules solaires directement dans l’enveloppe du bâtiment est un procédé particulièrement pertinent dans le cas d’une nouvelle construction. En effet, la couverture conventionnelle des façades est remplacée par l’installation solaire – cela présente un intérêt du point de vue des coûts et fournit une énergie supplémentaire utilisable. Et la cerise sur le gâteau: de l’extérieur, on ne voit aucune différence puisque les modules s’intègrent parfaitement du point de vue esthétique à l’apparence générale.   

Truffée de techniques modernes

Concilier avec raffinement: cela s’applique tant à l’enveloppe qu’à la vie à l’intérieur de la maison. La commande du bâtiment dans son ensemble s’appuie sur KNX. Cela rend possible une multitude de possibilités d’applications domotiques et, d’autre part, la technique intégrée dans le bâtiment est quasiment invisible. Les habitants ne remarquent pratiquement rien à cet égard. La vraie spécificité réside dans la répartition du courant solaire. Afin d’utiliser l’énergie de manière optimale, les propriétaires et les locataires se sont réunis au sein d’une coopérative d’autoconsommation.
L’avantage: la maison n’a qu’un seul compteur électrique, lequel enregistre l'alimentation et l'approvisionnement auprès de la compagnie d'électricité, et mesure la consommation totale de la maison. Cela contribue à nouveau à une réduction des coûts du fournisseur d’énergie. La consommation d’électricité des différents appartements est calculée au sein de la coopérative. Un système de gestion intelligent assure l’enregistrement des données de consommation. Par ce biais, les principaux appareils ménagers fonctionnent de manière optimisée pour l’énergie solaire. Par exemple le lave-linge, le sèche-linge et le lave-vaisselle fonctionnent lorsque suffisamment d’énergie solaire est à disposition. Et en matière de technique de maison intelligente, nous ne sommes pas encore au bout de nos surprises: les stores, le chauffage et l’éclairage sont connectés entre eux de manière intelligente. Ainsi, par exemple, les lamelles des stores se positionnent d’après la trajectoire du soleil afin d’obscurcir les appartements de manière optimale. Et il est naturellement possible pour les habitants d’effectuer les réglages en fonction de leurs besoins – par application pour smartphone ou via un panneau de commande (Touchpanel), ils disposent de la vue d’ensemble de tous les paramètres.

Chauffer et refroidir avec de l’argile

Et le système de commande intelligent de la maison n’est pas le seul à assurer le confort des habitants; le mode de construction unique en son genre et les matériaux utilisés jouent également un rôle de premier plan. Dans ce domaine également, on a prêté une attention particulière à la durabilité. L’enveloppe du bâtiment se compose essentiellement de bois, alors que du papier journal recyclé sert de matériau d’isolation. A l’intérieur du bâtiment, au moyen d’environ 25 tonnes d’argile, on a formé une couche d’argile d’environ 5 cm d’épaisseur à l’intérieur de laquelle ont été placées les canalisations pour l’eau chaude en hiver et l’eau froide en été. La chaleur, resp. le froid, provient de deux sondes géothermiques qui régulent ainsi la température de l’eau – un système astucieux qui sert à la fois pour le chauffage et le refroidissement. Combiné à une ventilation actionnée au CO2, il règne une atmosphère idéale
toute l’année dans la maison.  

Un projet pionnier qui donne un signal

Les projets tels que SonnenparkPLUS jouent un rôle pionnier dans le paysage suisse de la construction. Pourtant, il serait souhaitable qu’un certain nombre d’aspects de ce bâtiment deviennent des standards. Aujourd’hui déjà, la moitié des nouvelles constructions incluent l’automatisation. Dans tous les cas, il est judicieux de concevoir la structure de base de manière à ce qu’elle puisse accueillir après coup de nouveaux dispositifs techniques. C’est tout ça de fait! A propos de standard: le label «Minergie-P» distingue les bâtiments présentant une efficience énergétique maximale et des caractéristiques de confort. Le SonnenparkPLUS dépasse même ce standard: le besoin en énergie est de 10% inférieur à la norme fixée. Il n’est donc pas étonnant que l’Agence solaire suisse lui ait décerné la prestigieuse distinction «Prix Solaire pour bâtiments à énergie positive». Une récompense méritée et allant dans la bonne direction, ainsi qu’un signal à la branche de la construction en vue de préparer le terrain à de futurs projets durables similaires.   

Fermer l’article
12 octobre 2020
Cet article pourrait aussi vous intéresser